Archives de Catégorie: Écologie

Solutions Impressionants

Enfin, je suis allée regarder deux documentaires pendant le Festival de Film que j’ai mentionné dans l’article précèdent.

Le premier était Green par Patrick Rouxel, qui représente les réalités de la déforestation en indonesie. Le film commence par une scène vraiment discordante, et si vous êtes une personne qui aime les animaux (surtout les singes) ce film sera dur à regarder. Les scènes de la forêt sont magnifiques, parfois surprenantes et amusantes. Elles sont montrées du point de vue d’une orang-outan, comme les souvenirs lointains d’un paradis perdu. Les scènes d’une forêt verte et remplie avec toutes sortes d’espèces diffèrentes de vie sont juxtaposées avec les scènes d’un monde modern, cliquant et plein de désirs – qui ne sait rien d’où vient leur vie de luxe et la destruction impliquée. Pendant le film il n’y a pas de dialogue, mais le message est clair: cette planète est en train de perdre quelque chose de tellement précieux et d’une valeur énorme afin de maintenir un train de vie des humains qui ne peut pas durer.

Bien sûr, le ton du film est moralisateur et la musique parfois solicite ouvertement les larmes de l’audience (en fait, la femme à côté de moi a commencé de pleurer même avant le film commençait d’être sentimental. et elle n’arrêtait jamais de pleurer… !)  Mais moi j’ai aimé la manière simple dont ce film partage son message. Et il y avait les pétits touches de l’ironie ici et là qui fournissent l’humeur. Mais même sans modifications artistiques, la beauté da la forêt suffira déjà d’attirer et de garder votre attention.

Le directeur, Patrick Rouxel qui fait ce film tout en illegalité, sans autorisation du gouvernement indonésien, mérite des applaudissements. Il a bien montré un côté d’une histoire compliquée, et il l’a fait bien – mais il faut noter que c’est un seul côté. Et en ce qui concerne les familles dont la survie dépend du travail qui est forcement lié à la destruction de la forêt? Elles auront un avis trés diffèrent sur le sujet de la déforestation. Moi, tout ce que je peux dire c’est que ce monde n’est pas en noir et blanc. Le capitalisme n’est pas toujours le vilain comme on voudrais le présenter. C’est important d’être conscient des questions brûlantes de ce monde, et de chercher les solutions qui prennent en compte tous les côtés de l’histoire. Pour l’instant je n’ai pas de grandes solutions. Mais je suis sûre qu’il y a une voie meilleure. Tout dépendra de notre imagination. On peut commencer par imaginer une société plus consciente, plus équitable, où les entreprises sont obligées d’être responsables et le capitalisme ne se servira plus de nous, mais plutôt l’inverse, nous nous en servirons pour former une société meilleure.

Un champ d’huiles de palme en indonesie.
(source de photo: Green le Film)

Le deuxième documentaire que j’ai regardé était The 4th Revolution : Energy Autonomy mis en scène par Carl-A. Fechner, qui ne voulait pas se concentrer sur le problème de l’énergie mais plutôt sur ceux qui ont fait un grand effort d’y trouver des solutions.  Le film commence avec ce protagonist principal, Hermann Scheer, un politique allemand qui a mobilisé son pays vers l’énergie renouvelable. C’était lui qui a inititié le « tarif de rachat » pour encourager le passage à l’énergie solaire et grâce à l’incentive financière l’Allemagne est maintenant le leader de la production de l’énergie renouvelable.

On voyage aux différents coins du monde en cherchant ceux qui ont répondu au question de l’énergie avec des idées très innovantes : de régions en danemark propulsées cent pour cent par l’énergie éoliennes, à une village à Mali qui n’avait pas d’accès à l’électricité avant l’installation des panneaux solaires,  et puis à la ferme solaire en Espagne. Le film est rempli d’exemples d’ingéniosité et de persévérance.

Quelques exemples qui m’ont inspirée le plus :

Le développement des voitures électriques par l’entrepreneur Elon Musk en Californie qui a fondé l’enterprise paypal, et la compagnie de voyage spatial SpaceX. Et pourquoi ça m’intéresse ? D’abord… la fabrication des voiture électriques est en train d’être réalisé dans mon pays, aux Etats-Unis, qui j’ai abandonné en croyant que c’est un endroit sans espoir. Les enjeux politiques ont chassé la voiture électrique loin du marché depuis les temps de Thomas Edison.  Je voudrais voir un retour de la voiture électrique aux Etats-Unis. Le fait que c’est un développement dirigé par un grand entrepreneur qui s’intéresse aux exploration spatiales et donc, qui a l’esprit de l’exploration est un très bon signe.


Une voiture électrique, sous des panneaux solaire.
(source de photo: Tesla Motors)

Le travail que fait la Banque Grameen en Bangledesh, fondé par Muhammad Yunus qui conçoit l’idée de micro crédit, en formant les jeunes femmes pour devenir électriciennes des panneaux solaires. On sait que dans le développement des pays pauvres, c’est les femmes qui ont l’espoir. Et je ne dis ça parce que je suis féministe, mais plutôt parce que j’en ai vu la preuve pendant mon travail dans la micro finance et il y a beaucoup de recherches dans la micro finance que soutient le fait que les femmes sont plus travailleuse et plus digne de confiance. Donc, pendant le film, on peut voir une jeune fille en train de grimper sur le toit afin d’installer les panneaux solaires pendant que les petits garçons la regardent. C’est un moment mémorable, qui renverse les rôles du genre.

Une jeune électricien des panneaux solaire.
(source de photo: Grameen Fondation d’Energie)

Aussi, il y a l’exemple d’une entreprise qui réalise des projets dans l’énergie renouvelable en commençant avec son propre siège, un bâtiment qui produit plus d’énergie qu’il consomme.

Voilà quelques exemples des entreprises  qui ne sont pas seulement responsables mais qui sont aussi les leaders du changement. Donc, on peut voir des exemples concrets où le capitalisme peut nous servir pour former une meilleure société.

Publicités
Tagué