Archives de Tag: clic clac

La Vie Nomade: les plaisirs et le mal au dos.

Lui: ≪Nous sommes pas ce qu’on appelle la famille normale américaine ≫
Moi: ≪Et nous somme quoi alors?≫
Lui:  ≪Baa…. nous sommes les nomades ratés à paris!≫

Cette conversation entre moi et mon mec me revient maintenant à l’esprit à cause de la folle histoire d’un clic clac!

Il est cinq heure du matin. Je regarde par la fenêtre une ville qui dort. Je savoure le calme, la lumière bleuâtre du matin. C’est sympa mais…. il est cinq heure du matin et je n’ai pas encore réussi à dormir. Qu’est ce que c’est pénible! J’ai tout essayé: allongée en diagonal, à l’envers, les pieds soulevés contre le mûr, assise, allongée dans la baignoire, allongée par terre dans la cuisine. Et enfin, ça suffit! Je deviendrai insomniaque. Et je me demande, comment je suis devenue encombrée à tel point que  je ne sais plus quoi en faire avec ce piece of crap clic clac!?

La réponse à cette question est liée à la mode de vie que j’ai choisie. La vie d’une nomade. Il y a des gens qui aiment remplir leur passeports avec des tampons de tous les coins du monde. Je m’en fiche de tout ça. Pour moi, l’obsession reste avec les codes postaux. Je change souvent de pays, de ville et je collecte les codes postaux comme les gens collecte les timbres. Je ne sais pas pourquoi je suis comme ça. Peut-être la faute se trouve dans la graine de beauté sur mon gros orteil gauche.  Je m’explique… quand j’étais jeune, une vieille femme m’a dit que cette tache signifie que je suis la’agan—un esprit agité. Mais je ne crois pas à la superstition, et de plus, cette imperfection sur mon gros orteil n’existe presque plus, cachée sous des couches de peau épaisses qui se sont formées pendant et à cause de tous mes vagabondages.

Vous pourriez me dire… échangez ce clic clac horrible contre un vrai lit! Croyez-moi, je veux bien. Si seulement les choses étaient si simples.

  1. Premier point: quand on habite dans un placard sous les combles au coeur de paris, il y a un manque d’espace.
  2. Deuxième point: quand on n’a pas de plans définitifs sur la possibilité de partir ou de rester jusqu’à la fin de l’année ou dans six mois ou dans deux mois ou de rester encore une autre année…. comment peut-on calculer si acheter un nouveau lit vaut vraiment la peine?

Donc, voici la situation délicate dans laquelle se trouve une vraie nomade! Mais si vous estimez que je me plains trop, il faut m’excuser. C’est le manque de sommeil qui m’a poussé à écrire ce matin, je ne sais pas quoi faire de moi.

Ceci dit, il y a beaucoup de choses de cette manière de vivre que j’aime. Comme quoi, par exemple? Humm…….

  1. Premier point, j’aime la liberté.
    Je ne suis ni attachée aux choses matérielles ni aux endroits (je ne peux pas dire que je ne suis pas attachée aux gens parce que je parle toujours avec ma famille). Ça veut dire que si je perds tout ce qui m’appartient dans un feu (et j’espère que ça ne m’arrivera pas), c’est facile de recommencer à partir de zéro.
  2. Deuxième point, j’aime la simplicité.
    S’agissant du monde matériel, je me limite à tout ce qui est essentiel et je prends plaisir  du côté simple de la vie. J’aime lire les livres, planter un tout petit jardin, manger les fruits, jouer avec les chatons, tout ça. Ce sont des choses qui ne coûtent pas cher.
  3. Troisième point, j’aime rester ouverte à beaucoup de possibilités.
    J’essaie toujours de gagner ma vie en faisant les choses qui m’intéressent. Même si je me trouve dans une situation pas idéale je suis contente de considérer chaque nouvelle opportunité comme l’occasion d’apprendre quelque chose de nouveau.

Bien sûr, cette manière de vivre n’est pas pour tout le monde. Mais, pour moi, le mieux c’est d’être avec quelqu’un qui a, lui aussi, l’esprit nomade comme moi. Car ensemble, on peut supporter presque tout. Et en se creusant ensemble la cervelle, on espère pouvoir enfin résoudre ce problème d’un gros mal au dos!

ouff…..

❤.

Le clic clac d’Ikea ou un truc venu de l’enfer? ….à vous de decider.   

Tagué , ,